Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment ?


LISETTE.

Non, par ma foi.


DORANTE.

Et ces feux mal payés, est-ce un rêve ? est-ce un conte ?


LISETTE.

Diantre ! comme au cerveau d'abord le feu vous monte !

Je ne m'y frotte plus.


DORANTE.

Ah ! daigne m'éclaircir.

Quel plaisir peux-tu prendre à me faire souffrir !


LISETTE.

155 Et pourquoi si longtemps, vous, me faire un mystère

D'un secret dont je dois être dépositaire ?

J'ai voulu vous punir par un peu de souci

Isabelle n'a rien aperçu jusqu'ici.

À part.

C'est mentir.

Haut.

Mais gardez qu'elle ne vous soupçonne ; 160 Car je doute en ce cas que son coeur vous pardonne.

Vous ne sauriez penser jusqu'où va sa fierté.


DORANTE.

Me voilà retombé dans ma perplexité.


LISETTE.

Elle vient. Essayez de lire dan