Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Bravo ! prenez courage.

Haut, à DORANTE.

Mais il faut bien, monsieur aider au badinage.


ISABELLE.

Point ici de détour : parlez-moi franchement ; 190 Seriez-vous amoureux ?

LISETTE, bas, vivement. Gardez de…


DORANTE.

Non, vraiment,

Madame, il me déplaît fort de vous contredire.


ISABELLE.

Sur ce ton positif, je n'ai plus rien à dire :

Vous ne voudriez pas, je crois, m'en imposer.


DORANTE.

J'aimerais mieux mourir que de vous abuser.

LISETTE, bas. 195 Il ment, ma foi, fort bien ; j'en suis assez contente.


ISABELLE.

Ainsi donc votre coeur, qu'aucun objet ne tente,

Les a tous dédaignés, et jusques aujourd'hui

N'en a point rencontré qui fût digne de lui ?

DORANTE, à part.

Ciel ! Se vit-on jamais en pareille détresse !


LISETTE.