Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


200 Madame, il n'ose pas, par pure politesse,

Donner à ce discours son approbation ;

Mais je sais que l'amour est son aversion.

Bas, à DORANTE.

Il faut ici du coeur.


ISABELLE.

Eh bien ! J'en suis charmée,

Voilà notre amitié pour jamais confirmée, 205 Si, ne sentant du moins nul penchant à l'amour,

Vous y voulez pour moi renoncer sans retour.


LISETTE.

Pour vous plaire, madame, il n'est rien qu'il ne fasse.


ISABELLE.

Vous répondez pour lui ! C'est de mauvaise grâce.


DORANTE.

Hélas ! J'approuve tout : dictez vos volontés. 210 Tous vos ordres par moi seront exécutés.


ISABELLE.

Ce ne sont point des lois, Dorante, que j'impose ;

Et si vous répugnez à ce que je propose,

Nous pouvons dès ce jour nous quitter bons amis.


DORANTE.

Ah ! Mon goût à vos voeux sera toujours soumis.


ISABELLE.

215 Vous êtes complaisant, je veux être indulgente ;