Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Elle gâtera tout. Avez-vous oublié

Qu'elle est la bonté même, et que, peu délié,

Son esprit n'est pas fait pour le moindre artifice, 280 Et moins encor son coeur pour la moindre malice ?


ISABELLE.

Tu dis fort bien, vraiment ; mais pourtant mon projet

Demanderait… Attends… Mais oui, voilà le fait.

Nous pouvons aisément la tromper elle-même ;

Cela n'en fait que mieux pour notre stratagème.


LISETTE.

285 Mais si Dorante, enfin, par l'amour emporté,

Tombe dans quelque piège où vous l'aurez jeté,

Vous ne pousserez pas, du moins, la raillerie

Plus loin que ne permet une plaisanterie ?


ISABELLE.

Qu'appelles-tu, plus loin ? Ce sont ici des jeux, 290 Mais dont l'événement doit être sérieux.

Si Dorante est vainqueur et si Dorante m'aime,

Qu'il demande ma main, il l'a dès l'instant même ;

Mais si son faible coeur ne peut exécuter

La loi que par ma bouche il s'est laissé dicter, 295 Si son étourderie un peu trop loin l'entraîne,

Un éternel adieu va devenir la peine

Dont je me vengerai de sa séduction,

Et dont je punirai son indiscrétion.


LISETTE.