Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


320 À Valère feignant de la vouloir remettre,

Tu tâcheras tantôt, mais très adroitement,

Qu'elle parvienne aux mains de Dorante.


LISETTE.

Oh ! vraiment,

Carlin est si nigaud que…


ISABELLE.

Le voici lui-même :

Rentrons. Il vient à point pour notre stratagème.


Scène II.


CARLIN.

325 Valère est arrivé ; moi j'accours à l'instant,

Et voilà la façon dont Dorante m'attend.

Où diable le chercher ? Hom, qu'il m'en doit de belles !

On dit qu'au dieu Mercure on a donné des ailes :

Il en faut en effet pour servir un amant, 330 S'il ne nourrit son monde assez légèrement

Pour compenser cela. Quelle maudite vie

Que d'être assujettis à tant de fantaisie !

Parbleu ! ces maîtres-là sont de plaisants sujets !

Ils prennent, par ma foi, leurs gens pour leurs valets !