Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


maniere qu’il prenne la chose, cela fera toujours une scene assez plaisante.

Marton.

J’entends. Le prétexte est de corriger Valere : mais le vrai motif est de rire à ses dépens. Voilà le génie & le bonheur des femmes. Elles corrigent souvent les ridicules en ne songeant qu’a s’en amuser.

Angelique.

Enfin, vous le voulez, mais je vous avertis que vous me répondrez de l’événement.

Lucinde.

Soit.

Angelique.

Depuis que nous sommes ensemble, vous m’avez fait cent pieces dont je vous dois la punition. Si cette affaire-ci me cause la moindre tracasserie avec Valere, prenez garde à vous.

Lucinde.

Oui, oui.

Angelique.

Songez un peu à Léandre.

Lucinde.

Ah ! ma chere Angelique.

Angelique.

Oh, si vous me brouillez avec votre frere, je vous jure que vous épouserez le mien bas. Marton, vous m’avez promis le secret.