Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Est-ce qu’il y a quelqu’un dans le monde aussi ridicule que cela ?

Valere.

Quoi ! je ne pourrai découvrir d’ou vient ce portrait ? Le mystère & la difficulté irritent mon empressement. Car, je te l’avoue, j’en suis très-réellement épris.

FRONTIN à part.

La chose est impayable ! Le voilà amoureux de lui-même.

Valere.

Cependant, Angelique, la charmante Angelique....En vérité, je me comprends rien à mon cœur, & je veux voir cette nouvelle maîtresse avant que de rien déterminer sur mon mariage.

Frontin.

Comment, Monsieur ? Vous ne.... Ah ! vous vous moquez.

Valere.

Non, je te dis très-sérieusement que je ne saurois offrir ma main à Angelique, tant que l’incertitude de mes sentimens sera un obstacle à notre bonheur mutuel. Je ne puis l’épouser aujourd’hui ; c’est un point résolu.

Frontin.

Oui, chez vous. Mais Monsieur votre pere qui à fait aussi ses petites résolutions à part, est l’homme du monde le moins propre à céder aux vôtres ; vous savez que son foible n’est pas la complaisance.

Valere.

Il faut la trouver à quelque prix que ce soit. Allons, Frontin courons, cherchons par-tout.