Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


J’ai trop d’amour pour n’avoir pas de la délicatesse, & Valere me sacrifiera ses folies des ce jour, ou je sacrifiera mon amour à ma raison.

Marton.

Je crains bien que l’un ne soit aussi difficile que l’autre.

Angelique.

Voici Lucinde. Mon frere doit arriver aujourd’hui. Prends bien garde qu’elle ne le soupÇonne d’être son inconnu jusqu’a ce qu’il en soit tems.

SCENE VII.

LUCINDE, ANGELIQUE, MARTON.

Marton.

Je gage, Mademoiselle, que vous ne devineriez jamais quel a été l’effet du portrait ? vous en rirez surement.

Lucinde.

Eh ! Marron, laissons-la le portrait ; j’ai bien d’autres choses en tête. Ma chere Angelique, je suis désolée, je suis mourante. Voici l’instant ou j’ai besoin de tout votre secours. Mon pere vient de m’annoncer l’arrivée de Léandre. I1 veut que je me dispose à le recevoir aujourd’hui & à lui donner la main dans huit jours.