Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VALERE, à part.

Son indifférence me désespéré. Haut : Oserai-je me flatter qu’en ma saveur vous voudrez bien resserrer encore votre union avec elle.

Angelique.

C’est tout ce que je demande.

VALERE, outre.

Vous dite tout cela avec une tranquillité qui me charme.

Angelique.

Comment donc ? vous vous plaigniez tout à l’heure de mon enjouement, & à présent vous vous fâchez de mon sang-froid. Je ne sais plus quel ton prendre avec vous.

Valere.

Bas. Je crevé de dépit. Haut. Mademoiselle m’accorde-t-elle la faveur de me faire faire connoissance avec elle ?

Angelique.

Voilà, par exemple, un genre de service que je suis bien sure que vous n’attendez pas de moi : mais je veux passer votre espérance, & je vous le promets encore.

Valere.

Ce sera bientôt, au moins ?

Angelique.

Peut-être des aujourd’hui.

Valere.

Je n’y puis plus tenir. Il veut s’en aller.