Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’observation des Battemens est une bonne regle à consulter sur le meilleur systême de Tempérament : (Voyez TEMPÉRAMENT.) Car il est clair que de tous les Tempérament possibles celui qui laissé le moins de Battemens dans l’Orgue, est celui que l’oreille & la Nature préferent. Or, c’est une expérience constante & reconnue de tous les Facteurs, que les altérations des Tierces majeures produisent des Battemens plus sensibles & plus désagréables que celles des Quintes. Ainsi la Nature elle-même a choisi.

BATTERIE, s. f. Maniere de frapper & répéter successivement sur diverses cordes d’un Instrument les divers Sons qui composent un Accord, & de passer ainsi d’Accord en Accord par un même mouvement de Notes. La Batterie n’est qu’un Arpège continué, mais dont toutes les Notes sont détachées, au lieu d’être liées comme dans l’Arpége.

BATTEUR DE MESURE. Celui qui bat la Mesure dans un Concert. (Voyez l’Article suivant.)

BATTRE LA MESURE. C’est en marquer les Tems par des mouvemens de la main ou du pied, qui en reglent la durée, & par lesquels toutes les Mesures semblables sont rendues parfaitement égales en valeur chronique ou en Tems, dans l’exécution.

Il y a des Mesures qui ne se battent qu’à un Tems d’autres à deux, à trois ou à quatre, ce qui est le plus grand nombre de Tems marqués que puisse renfermer une Mesure : encore une Mesure à quatre Tems peut-elle toujours se réfoudre en deux Mesures deux Tems. Dans toutes ces différentes Mesures le Tems frappé est toujours sur la Note