Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ils doivent être bien cadencés, brillans & gais, & avoir cependant beaucoup de simplicité ; car comme on les reprend très-souvent, ils deviendroient insupportables, s’ils étoient chargés. En tout genre les choses les plus simples sont celles dont on le lasse le moins.

CONTRE-FUGUE ou FUGUE RENVERSÉE, s. f. sorte de Fugue dont la marche est contraire à celle d’une autre Fugue qu’on a établie auparavant dans le même morceau. Ainsi quand la Fugue s’est fait entendre en montant de la Tonique à la Dominante, ou de la Dominante à la Tonique, la Contre-Fugue doit se faire entendre en descendant de la Dominante à la Tonique, ou de la Tonique à la Dominante, & vice versâ. Du reste ses regles sont entièrement semblables à celles de la Fugue. (Voyez FUGUE.)

CONTRE-HARMONIQUE, adj. Nom d’une sorte de proportion. (Voyez PROPORTION.)

CONTRE-PARTIE. s. f. Ce terme ne s’emploie en Musique que pour signifier ; une des deux Parties d’un Duo considérée relativement à l’autre.

CONTRE-POINT, s. m. C’est à-peu-près la même chose que Composition ; si ce n’est que Composition peut se dire des Chants, & d’une seule Partie, & que Contre-point ne se dit que de l’Harmonie, & d’une Composition à deux ou plusieurs Parties différentes.

Ce mot de Contre-point vient de ce qu’anciennement les Notes ou signes des Sons étoient de simples points, & qu’en composant à plusieurs Parties, on plaçoit ainsi ces points l’un sur l’autre, ou l’un contre l’autre.