Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tempérament ; & qu’on puisse ajuster à tous les systêmes, cet Auteur, après avoir divisé l’Octave en 43 parties, qu’ il appelle Mérides, & subdivisé chaque Méride en 7 parties, qu’il appelle Eptamérides, devise encore chaque Eptaméride en 10 autres parties, auxquelles il donne le nom de Décamérides. L’Octave se trouvé ainsi divisée en 3010 parties égales, par lesquelles on peut exprimer, sans erreur sensible les rapports de tous les Intervalles de la Musique.

Ce mot est formé de δεηα, dix, & de μξρις, partie.

DECHANT ou DISCANT, s. m. Terme ancien par lequel on désignoit ce qu’on a depuis appellé Contre-point. (Voyez CONTRE-POINT.)

DÉCLAMATION, s. f. C’est, en Musique, l’art de rendre, par les inflexions & le nombre de la Mélodie, l’Accent grammatical & l’Accent- oratoire, (Voyez ACCENT, RÉCITATIF.)

DÉDUCTION, s. f. Suite de Notes montant diatoniquement ou par Degrés conjoints. Ce terme n’est gueres en usage que dans. le Plain-Chant.

DEGRÉ f. m. Différence de position ou d’élévation qui se trouvé entre deux Notes placées dans une même Portée Sur la même Ligne ou dans le même espace, elles sont même Degré ; & elles y seroient encore, quand même l’une des deux seroit hausse ou baissée d’un semi-Ton par un Dièse ou par un Bémol. Au contraire, elles pourroient être pourroient être à l’Unisson, quoique posées sur différens Degrés ; comme, l’ut Bémol & le si naturel ; le fa Dièse & le sol Bémol, &c.

Si deux Notes se suivent diatoniquement, de sorte que