Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cum me facis. De quo te intromittis ? Mihi non congruis, mihi adversarius, scandalum tu mihi es ; ô utinam taceras ! Non concordas, fed deliras & discordas.

DISCORDANT, adj. On appelle ainsi tout Instrument dont on joue & qui n’est pas d’ accord, toute voix qui chante faux, toute Partie qui ne s’accorde pas avec les autres. Une Intonation qui n’est pas juste fait un Ton faux. Une suite de Tons faux fait un Chant discordant ; c’est la différence de ces deux mots.

DISDIAPASON, s. m. Nom que donnoient les Grecs à l’Intervalle que nous appellons double Octave.

Le Disdiapason est à-peu-près la plus grande étendue que puissent parcourir les voix humaines sans se forcer ; il y en a même assez peu qui l’entonnent bien pleinement. C’est pourquoi les Grecs avoient borné chacun de leurs Modes à cette étendue & lui donnoient le nom de Systême parfait. (Voy. MODE, GENRE, SYSTÈME.)

DISJOINT, adj. Les Grecs donnoient le nom relatif de Disjoints à deux Tétracordes qui se suivoient immédiatement, lorsque la corde la plus grave de l’aigu étoit un Ton au-dessus de la plus aiguë du grave, au lieu d’être la même. Ainsi les deux Tétracordes Hypaton & Diezeugménon étoient Disjoints, & les deux Tétracordes Synnéménon & Hyperboléon l’ étoient aussi. (Voyez TÉTRACORDE.)

On donne, parmi nous, le nom de Disjonts aux Intervalles qui ne se suivent pas immédiatement, mais sont sépares par un autre Intervalle. Ainsi ces deux Intervalles ut mi & sol si sont Disjoints. Les Degrés qui ne sont pas