Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comma, & de la Septieme mineure que d’un 1/112 qui est beaucoup moins qu’un Comma. Pour employer les mêmes : Sons dans le genre Diatonique & dans divers Modes, il a falu les altérer ; mais cette altération n’est pas assez grande pour nous faire perdre la trace de leur origine.

J’ai fait voir, au mot Cadence, comment l’introduction de ces deux principales Dissonances, la Septieme & la Sixte-ajoutée, donne le moyen de lier une suite d’Harmonie en la faisant monter ou descendre a volonté par l’entrelacement des Dissonances.

Je ne parle point ici de la préparation de la Dissonances, moins parce qu’elle a trop d’ exceptions pour en faire une regle générale, que parce que ce n’en est pas ici le lieu, { Voyez PRÉPARER.) À l’égard des Dissonances par supposition ou par suspension, voyez aussi ces deux mots. Enfin, je ne dis rien non plus de la Septieme diminuée ; Accord singulier dont j’aurai occasion de parler au mot ENHARMONIQUE.

Quoique cette maniere de concevoir la Dissonance en donne une idée assez nette, comme cette idée n’est point tirée du fond de l’Harmonie, mais de certaines convenances entre les Parties, je suis bien éloigné d’en faire plus de cas qu’elle ne mérite, & je ne l’ai jamais donnée que pour ce qu’elle valoit ; mais on avoit jusqu’ici raisonné si mal sur la Dissonance, que je ne crois pas avoir fait en cela pis que les autres. M. Tartini est le premier, & jusqu’à présent le seul qui ait déduit une Théorie des Dissonances des vrais principes de l’ Harmonie. Pour éviter d’inutiles répétitions