Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une & sans enjamber. Les Duo qui sont le plus d’effet sont ceux des Voix égales, parce que l’Harmonie en est plus rapprochée ; & entre les Voix égales, celles qui sont le plus d’effet sont les Dessus, parce que leur Diapason plus aigu se rend plus distinct, & que le Son en est plus touchant. Aussi les Duo de cette espece sont-ils les seuls employés par les Italiens dans leurs Tragédies, & je ne doute pas que l’ usage des Castrati dans les rôles d’hommes ne soit dû en partie à cette observation. Mais quoiqu’il doive y avoir égalité entre les Voix, & unité dans la Mélodie, ce n’est pas à dire que les deux Parties doivent être exactement semblables dans leur tour de chant : car outre la diversité de styles qui leur convient, il est triés-rare que la situation des deux Acteurs soit si parfaitement la même qu’ils doivent exprimer leurs sentimens de la même maniere : ainsi le Musicien doit varier leur accent & donner à chacun des deux le caractere qui peint le mieux l’ état de son ame, surtout dans le Récit alternatif.

Quand on joint ensemble les deux Parties, (ce qui doit se faire rarement & durer peu), il faut trouver un Chant susceptible d’une marche par Tierces ou par Sixtes, dans lequel la seconde Partie fasse son effet sans distraire de la premiere. (Voyez UNITÉ DE MÉLODIE.) Il faut garder la dureté des Dissonances, les Sons perçans & renforcés, le Fortissimo de l’Orchestre pour des instans de désordre & de transports où les Auteurs, semblant s’oublier eux-mêmes ; portent leur égarement dans l’ame de tout spectateur sensible, & lui sont éprouver le pouvoir de l’Harmonie sobrement