Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une excellente Musique sur l’ oreille & l’esprit des écoutans : ainsi le seul mot Effet signifie en Musique un grand & bel Effet. Et non-seulement on dira d’un ouvrage qu’il fait de l’Effet ; mais on y distinguera, sous le nom de choses d’Effet, toutes celles où la sensation produite paroît supérieure aux moyens employés pour l’exciter.

Une longue pratique, peut apprendre à connoître sur le papier les choses d’Effet ; mais il n’ y a que le Génie qui les trouvé. C’est le défaut des mauvais Compositeurs & de tous les Commençans, d’entasser Parties sur Parties, Instrumens sur Instrumens, pour trouver l’ Effet qui les suit, & d’ouvrir, comme disoit un Ancien, une grande bouche pour souffler dans une petite Flûte. Vous diriez, à voir leurs Partitions si chargées, si hérissées, qu’ils vont vous surprendre par des Effets prodigieux, & si vous êtes surpris en écoutant tout cela, c’est d’entendre une petite Musique maigre, chétive, confuse, sans Effet, & plus propre à étourdir les oreilles qu’à les remplir. Au contraire l’œil cherche sur les Partitions des grands Maîtres ces Effets sublimes & ravissans que produit leur Musique exécutée. C’est que les menus détails sont ignorés ou dédaignés du vrai génie, qu’il ne vous amuse point par des foules d’objets petits & puériles, mais qu’il vous émeut par de grands Effets, & que la forcé & la simplicité réunies forment toujours son caractere.

ÉGAL, adj. Nom donne par les Grecs au Systême d’Aristoxène, parce que cet Auteur divisoit généralement chacun de ses Tétracordes en trente parties égales, dont il assignoit ensuite un certain nombre à chacune des trois divisions du