Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de 3 à 4. Ce Rythme étoit représenté par le pied que les Poetes & Grammairiens appellent aussi Epitrite ; pied composé de quatre syllabes, dont les deux premieres sont en effet aux deux dernieres dans la raison de 3 à 4. (Voyez RHYTHME.)

ÉPODE, s. f. Chant dut troisieme Couplet, qui, dans les Odes, terminoit ce que les Grecs appelloient la Période, laquelle étoit composée de trois Couplets ; savoir, la Strophe,

l’Antistrophe & l’Epode. On attribue à Archiloque l’invention de l’épode.

EPTACORDE, s. m. Lyre ou Cythare à sept cordes, comme, au dire de plusieurs, étoit celle de Mercure.

Les Grecs donnoient aussi le nom d’Eptacorde à un Systême de Musique formé de sept Sons, tel qu’est aujourd’hui notre Gamme. L’Eptacorde Synnéménon, qu’on appelloit autrement Lyre de Terpandre, étoit composé des Sons exprimés par ces lettres de la Gamme, E, F, G, a, b, c, d. L’Eptacorde de Philolaus substituoit le Béquarre au Bémol, & peut s’exprimer ainsi, E, F, G, a, music c, d. Il en rapportoit chaque corde à une des Planetes, l’ Hypate à Saturne, la Parhypate à Jupiter, & ainsi de suite.

EPTAMERIDES, s. f. Nom donne par M. Sauveur à l’un des Intervalles de son Systême exposé dans les Mémoires de l’Académie, année 1701.

Cet Auteur devise d’abord l’Octave en 43 parties ou Mérides ; puis chacune de celles-ci en 7 Eptamérides ; de sorte que l’Octave entiere comprend 301 Eptamérides qu’il subdivise encore. (Voyez DECAMERIDE)