Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comme la Musique est ordinairement composée de plusieurs Parties, dont le rapport exact, soit pour l’Intonation, soit pour la Mesure,est extrêmement difficile à observer, & dont l’ esprit dépend plus du goût que des signes, rien n’est si rare qu’une bonne Exécution. C’est peu de lire la Musique exactement sur la Note ; il faut entrer dans toutes les idées du Compositeur, sentir & rendre le feu de I’expression, avoir sur tout l’oreille juste & toujours attentive pour écouter & suivre l’Ensemble. II faut, en particulier dans la Musique Françoise, que la Partie principale fache presser ou ralentir le mouvement, selon que l’exigent le goût du Chant, le volume de Voix & le développement des bras du Chanteur ; il faut, par conséquent, que toutes les autres Parties soient sans relâche, attentives à bien suivre celle-là. Aussi l’Ensemble de l’Opéra de Paris, ou la Musique n’a point d’autre Mesure que celle du geste, seroit-il, à mon avis, ce qu’il p a de plus admirable en fait d’ Exécution.

"Si les François, dit Saint-Evremont, par leur commerce avec les Italiens, sont parvenus à composer plus hardiment, les Italiens ont aussi gagné au commerce des François, en ce qu’il sont appris d’eux à rendre leur Exécution plus agréable, plus touchante & plus parfaite." Le Lecteur se passera bien, je crois, de mon commentaire sur ce passage. Je dirai seulement que les François croient toute la terre occupée de leur Musique, & qu’au contraire, dans les trois quarts de l’Italie, les Musiciens ne savent pas même qu’il existe une Musique Françoise différente de la leur.

On appelle encore Exécution la facilité de lire & d’exécuter