Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FORLANE, s. f. Air d’une Danse de même nom commune à Venise, sur-tout parmi les Gondoliers. Sa Mesure est à 6/8 ; elle se bat gaiement, & la Danse est aussi fort gaie. On l’ appelle Forlane parce qu’elle a pris naissance dans le Frioul, dont les habitans s’ appellent Forlans.

FORT, adj. Ce mot s’écrit dans les Parties, pour marquer qu’il faut forcer le Son avec véhémence, mais sans le hausser ; chanter à pleine voix, tirer de l’Instrument beaucoup de Son : ou bien il s’emploie pour détruire l’effet du mot Doux employé précédemment.

Les Italiens ont encore le superlatif Fortissimo, dont on n’a gueres besoin dans la Musique Françoise ; car on y chante ordinairement très-fort.

FORT, adj. Tems fort. (Voyez TEMS.)

FORTE-PIANO. Substantif Italien composé, & que les Musiciens devroient franciser, comme les Peintres ont francisé celui de Chiaro-scuro, en adoptant l’idée qu’il exprime. Le Forte-piano est l’art d’adoucir& renforcer les Sons dans la Mélodie imitative, comme on fait dans la parole qu’elle doit imiter. Non-seulement quand on parle avec chaleur on ne s’ exprime point toujours sur le même Ton ; mais on ne parle pas toujours avec le même degré de forcé. La Musique, en imitant la variété des Accens & des Tons, doit donc imiter aussi les degrés intenses ou remisses de la parole, & parler tantôt doux, tantôt fort, tantôt à demi-voix ; voilà ce qu’indique en général le mot Forte-piano.

FRAGMENS. On appelle ainsi à l’Opéra de Paris le choix de trois ou quatre Actes de Ballet, qu’on tire de divers