Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/436

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sont les Modes majeurs sur les Notes diésées, & les Modes mineurs sur les Bémols. Ainsi, au lieu de composer en sol Dièse Tierce majeure, vous composerez en la Bémol qui donne les mêmes touches ; & au lieu de composer en re Bémol mineur, vous prendrez ut Dièse par la même raison ; savoir, pour éviter d’un côté un F double Dièse, qui deviendroit un G naturel ; & de l’autre, un B double Bémol ; qui deviendroit un À naturel.

On ne reste pas toujours dans le Ton ni dans le Mode par lequel on a commencé un Air ; mais, soit pour l’expression, soit pour la variété, on change de Ton & de Mode, selon l’analogie harmonique ; revenant pourtant toujours à celui qu’on a fait entendre le premier, ce qui s’appelle Moduler.

De-là, naît une nouvelle distinction du Mode en principal & relatif ; le principal est celui par lequel commence & finit la Piece ; les relatif sont ceux qu’on entrelace avec le principal dans le courant de la Modulation. (Voyez, MODULATION.)

Le Sieur Blainville, savant Musicien de Paris, proposa en 1751, l’essai d’un troisieme Mode qu’il appelle Mode mixte, parce qu’il participe à la Modulation des deux autres, ou plutôt qu’il en est composé ; mélange que l’Auteur ne regarde point comme un inconvénient, mais plutôt comme un avantage & une source de variété & de liberté dans les Chants & dans l’Harmonie.

Ce nouveau Mode n’étant point donne par l’analyse de trois Accords comme les deux autres, ne se détermine pas