Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/454

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Les Mœurs consistoient encore à tellement accorder & proportionner dans une Piece toutes les Parties de la Musique, le Mode, le Tems, le Rhythme, la Mélodie, & même les changemens, qu’on sentit dans le tout une certaine conformité qui n’y laissât point de disparate, & le rendît parfaitement un. Cette seule Partie, dont l’idée n’est pas même connue dans notre Musique, montre à quel point de perfection devoit être porté un Art où l’on avoit même réduit en regles ce qui est honnête, convenable & bienséant.

MOINDRE, adj. (Voyez MINIME.)

MOL, adj. Epithete que donnent Aristoxène & Ptolomée à une espece du Genre Diatonique & à une espece du Genre Chromatique dont j’ai parlé au mot GENRE.

Pour la Musique moderne, le mot Mol n’y est employé que dans la composition du mot Bémol ou B. mol, par opposition au mot Béquarre, qui jadis s’appelloit aussi B. dur.

Zarlin cependant appelle Diatonique Mol une espece du Genre Diatonique dont j’ai parlé ci-devant. (Voyez DIATONIQUE.)

MONOCORDE, s. m. Instrument ayant une seule corde qu’on devise à volonté par des Chevalets mobiles, lequel sert à trouver les rapports des Intervalles & toutes les divisions du Canon Harmonique. Comme la Partie des Instrumens n’entre point dans mon plan, je ne parlerai pas plus long-tems de celui-ci.

MONODIE, s. f. Chant à voix seule, par opposition à ce que les Anciens appelloient Chorodies, ou Musiques exécutées par le Chœur.