Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


si ce n’est tout au plus pour fortifier les Rippienes les Chœurs.

M. Rameau, dans ses Erreurs sur la Musique, vient d’établir ou du moins d’avancer un nouveau Principe, dont il me censure fort de n’avoir pas parlé dans l’Encyclopédie ; savoir, que l’Accompagnement représente le Corps Sonore. Comme j’examine ce Principe dans un autre écrit, je me dispenserai d’en parler dans cet article qui n’est déjà que trop long. Mes disputes avec M. Rameau sont les choses du monde les plus inutiles au progrès de l’Art, & par conséquent au but de ce Dictionnaire.

ACCOMPAGNEMENT, est encore toute Partie de Basse ou d’autre Instrument, qui est composée sous un Chant pour y faire Harmonie. Ainsi un Solo de Violon s’accompagne du Violoncelle ou du Clavecin, & un Accompagnement de Flûte se marie fort bien avec la voix. L’Harmonie de l’Accompagnement ajoute à l’agrément du Chant en rendant les Sons plus sûrs, leur effet plus doux, la Modulation plus sensible, & portant à l’oreille un témoignage de justesse qui la flatte. Il y a même, par rapport aux Voix, une sorte raison de les faire toujours accompagner de quelque Instrument, soit en Partie, soit à l’Unisson. Car, quoique plusieurs prétendent qu’enchantant la Voix se modifie naturellement selon les loix du tempérament, (voyez TEMPÉRAMENT.) cependant l’expérience nous dit que les Voix les plus justes & les mieux exercées ont bien de la peine à se maintenir long-tems dans la justesse du Ton, quand rien ne les y soutient. À forcé de chanter on monte ou l’on descend insensiblement,