Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/504

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Intervalle. Prenez deux de ces mêmes Sons comme il vous plaira, l’Intervalle en sera toujours consonnance. C’est de cette union de toutes les Consonnances que l’Accord qui les produit s’appelle Accord parfait.

L’Octave donnant toutes les Consonnances donne par conséquent aussi toutes leurs différences, & par elles tous les Intervalles simples de notre systême musical, lesquels ne sont que ces différences mêmes. La différence de la Tierce majeure à la Tierce mineure donne le semi-Ton mineur ; la différence de la Tierce majeure à la Quarte donne le semi-Ton majeur ; la différence de la Quarte à la Quinte donne le Ton majeur ; & la différence de la Quinte à la Sixte majeure donne le Ton mineur. Or le semi-Ton mineur, le semi-Ton majeur, le l’on mineur, & le Ton majeur sont les seuls élémens de tous les Intervalles de notre Musique.

III. Tout Son consonnant avec un des termes de l’Octave consonne aussi avec l’autre ; par conséquent tout Son qui dissone avec l’un dissone avec l’autre.

IV. Enfin l’Octave a encore cette propriété, la plus singuliere de toutes, de pouvoir être ajoutée à elle-même, triplée & multipliée à volonté, sans changer de nature, & sans que le produit cessé d’être une Consonnance.

Cette multiplication de l’Octave, de même que sa division, est cependant bornée à notre égard par la capacité de l’organe auditif ; & un Intervalle de huit Octaves excede déjà cette capacité. (Voyez ETENDUE.) Les Octaves mêmes perdent quelque chose de leur Harmonie en se multipliant ;