Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/566

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Point de division, Point de translation, & Point d’altération.

I. Le Point de perfection appartient à la division ternaire. Il rend parfaite toute Note suivie d’une autre Note moindre de la moitié par sa figure : alors, par la forcé du Point intermédiaire, la Note précédente vaut le triple au lieu du double de celle qui suit.

II. Le Point d’imperfection placé à la gauche de la Longue,diminue sa valeur, quelquefois d’une Ronde ou semi-Breve, quelquefois de deux. Dans le premier cas, on met une Ronde entre la Longue & le Point ; dans le second, on met deux Rondes à la droite de la Longue.

III. Le Point d’accroissement appartient à la division binaire, & entre deux Notes égales, il fait valoir celle qui précede le double de celle qui suit.

IV. Le Point de division se met avant une semi-Breve suivie d’une Breve dans le Tems parfait. Il ôte un Tems à cette Breve ; & fait qu’elle de trois.

V. Si une Ronde entre deux Points se trouvé suivie de deux ou plusieurs Breves en Tems imparfait, le second Point transfère sa signification à la derniere de ces Breves, la rend parfaite & la fait valoir trois Tems. C’est le Point de translation.

VI. Un Point entre deux Rondes, placées elles-mêmes entre deux Breves ou Quarrées dans le Tems parfait, ôte un Tems à chacune de ces deux Breves ; de sorte que chaque Breve ne vaut plus que deux Rondes, au lieu de trois. C’est le Point d’altération.