Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/569

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Polymneste, & selon d’autres ; par Polymnestus, fils de Mélès Colophonien.

PONCTUER, v. a. C’est, en terme de composition, marquer les repos plus ou moins parfaits, & diviser tellement les Phrases qu’on sente par la Modulation & par les Cadences leurs commencemens, leurs chûtes, & leurs liaisons plus ou moins grandes, comme on sent tout cela le discours à l’aide de la ponctuation.

PORT-DE-VOIX, s. m. Agrément du Chant, lequel se marque par une petite Note appellée en Italien Appoggiatura, & se pratique en montant diatoniquement d’une Note à celle qui la suit par un coup de gosier dont l’effet est marqué dans la Planche B. Fig.13.

PORT-DE-VOIX JETTé, se fait, lorsque montant diatoniquement d’une Note à sa Tierce on appuie la troisieme Note sur le son de la seconde, pour faire sentir seulement cette troisieme Note par un coup de gosier redoublé, tel qu’il est marqué Planche B. Fig. 13.

PORTÉE, s. f. La Portée ou Ligne de Musique est composée de cinq Lignes paralleles, sur lesquelles ou entre lesquelles les diverses Positions des Notes en marquent les Intervalles ou Degrés. La Portée du Plain-Chant n’a que quatre Lignes : elle en avoit d’abord huit, selon Kircher, marquées chacune d’une lettre de la Gamme, de sorte qu’il n’y avoit qu’un Degré conjoint d’une Ligne à l’autre. Lorsqu’on doubla les Degrés en plaçant aussi des Notes dans les Intervalles, la Portée de huit Lignes réduites à quatre, se trouva de la même étendue qu’auparavant.