Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/611

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉPERCUSSION, s. f. Répétition fréquente des même Sons. C’est ce qui arrive dans toute Modulation bien déterminée, où les cordes essentielles du Mode, celles qui composent la Triade harmonique, doivent être rebattues plus souvent qu’aucune des autres. Entre les trois cordes de cette Triade, les deux extrêmes ; c’est-à-dire, la Finale & la Dominante, qui sont proprement la Répercussion du Ton, doivent être plus souvent rebattues que celle du milieu qui n’est que la Répercussion du Mode. (Voyez TON & MODE.)

RÉPÉTITION, s, f. Essai que l’on fait en particulier d’une Piece de Musique que l’on veut exécuter en public. Les Répétitions sont nécessaires pour s’assurer que les copies sont exactes, pour que les Acteurs puissent prévoir leurs Parties pour qu’ils se concertent & s’accordent bien ensemble, pour qu’ils saisissent l’esprit de l’ouvrage, & rendent fidélement ce qu’ils ont à exprimer. Les Répétitions servent au Compositeur même pour juger de l’effet de sa Piece, & faire les changemens dont elle peut avoir besoin.

RÉPLIQUE, s. f. Ce terme en Musique signifie la même chose qu’Octave. (Voyez OCTAVE.) Quelquefois en composition l’on appelle aussi Réplique l’Unisson de la même Note dans deux Parties différentes. Il y a nécessairement des Répliques à chaque Accord dans toute Musique à plus de quatre Parties. (Voyez UNISSON.)

RÉPONS, s. m. Espece d’Antienne redoublée qu’on chante dans l’Eglise Romaine après les leçons de Matines ou les Capitules, & qui finit en maniere de Rondeau par une Reprise appellée Réclame.