Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/633

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


s’appelle Accord de Triton, & la syncope n’est pas nécessaire, parce que la Préparation ne l’est pas.

L’autre s’appelle Accord de Seconde-superflue ; c’est un Accord renversé de celui de Septieme diminuée, dont la Septieme elle-même est portée à la Basse. Cet Accord est également bon avec ou sans syncope. (Voyez SYNCOPE.)

SEMI. Mot emprunté du Latin & qui signifie Demi. On s’en sert en Musique au lieu du Hémi des Grecs, pour composer très-barbarement plusieurs mots techniques, moitié Grecs & moitié Latins.

Ce mot, au-devant du nom Grec de quelque Intervalle que ce soit, signifie toujours une diminution, non pas de la moitié de cet Intervalle, mais seulement d’un Semi-Ton mineur. Ainsi Semi-Diton est la Tierce mineure, Semi-Diapente est la Fausse-Quinte, Semi-Diatessaron la Quarte diminuée, &c.

SEMI-BREVE, s. f. C’est, dans nos anciennes Musiques, une valeur de Note ou une Mesure de Tems qui comprend l’espace de deux Minimes ou Blanches ; c’est-à-dire, la moitié d’une Breve. La Semi-Breve s’appelle maintenant Ronde, parce qu’elle a cette figure : mais autrefois elle étoit en losange.

Anciennement la Semi-Breve se divisoit en majeure & mineure. La majeure vaut cieux tiers de la Breve parfaite, & la mineure vaut l’autre tiers de la même Breve : ainsi la Semi-Breve majeure en contient deux mineures.

La Semi-Breve, avant qu’on eût inventé la Minime, étant la Note de moindre valeur, ne se subdivisoit plus. Cette indivisibilité, disoit-on, est, en quelque maniere, indiquée par