Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/634

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sa figure en losange terminée en haut, en bas & des deux côtés par des Points. Or, Muris prouve, par l’autorité d’Aristote & d’Euclide, que le point est indivisible ; d’où il conclut que la Semi-Breve enfermée entre quatre Points est indivisible comme eux.

SEMI-TON, s. m. C’est le moindre de tous les Intervalles admis dans la Musique moderne ; il vaut à-peu-près la moitié d’un Ton.

Il y a plusieurs especes de Semi-Tons. On en peut distinguer deux dans la pratique. Le Semi-Ton majeur & le Semi-Ton mineur. Trois autres sont connus dans les calculs harmoniques ; savoir, le Semi-Ton maxime, le minime & le moyen.

Le Semi-Ton majeur est la différence de la Tierce majeure à la Quarte, comme mi fa. Son rapport est de 15 à 16, & il forme le plus petit de tous les Intervalles diatoniques.

Le Semi-Ton mineur est la différence de la Tierce majeure à la Tierce mineure : il se marque sur le même Degré par un Dièse ou par un Bémol. Il ne forme qu’un Intervalle chromatique, & son rapport est de 24 à 25.

Quoiqu’on mette de la différence entre ces deux Semi-Tons par la maniere de les noter, il n’y en a pourtant aucune sur l’Orgue & le Clavecin, & le même Semi-Ton est tantôt majeur & tantôt mineur, tantôt diatonique & tantôt chromatique, selon le Mode où l’on est. Cependant on appelle, dans la pratique, Semi-Tons mineur, ceux qui se marquant par Bémol ou par Dièse, ne changent point le Degré ; & Semi-Tons majeur, ceux qui forment un Intervalle de Seconde.