Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/666

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mais celui de la plus petite partie si elle mesure exactement l’autre ; ou, si elle ne la mesure pas, le Son de la plus grande aliquote commune à ces deux parties.

Qu’on devise une Corde 6 en deux parties 4 & 2, le Son harmonique résonnera par la longueur de la petite partie 2, qui est aliquote de la grande partie 4 : mais si la Corde 5 cit divisée par 2 & 3 ; alors,comme la petite partie ne mesure pas la grande, le Sons harmonique ne résonnera que selon la moitié 1 de cette même petite partie, laquelle moitié est la plus grande commune mesure des deux parties 3 & 2, & de toute la Corde 5.

Au moyen de cette loi tirée de l’observation, & conforme aux expériences faites par M. Sauveur à l’Académie des Sciences, tout le merveilleux disparoît. Avec un calcul très-simple on assigne pour chaque degré le Son harmonique qui lui répond. Quant au doigt glissé le long de la Corde, il ne donne qu’une suite de Sons harmoniques qui se succedent rapidement dans l’ordre qu’ils doivent avoir selon celui divisions sur lesquelles on passe successivement le doigt, & les points qui ne forment pas des divisions exactes, ou qui en forment de trop composées, ne donnent aucun Son sensible ou appréciable.

On trouvera Pl. G. Fig. 3. une Table des Sons harmoniques, qui peut en faciliter la recherche à ceux qui desirent de les pratiquer. La premiere colonne indique les Sons que rendroient les divisions de l’Instrument touchées en plein, & la seconde colonne montre les Sons flûtés correspondans, quand la Corde est touchée harmoniquement.