Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/715

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


deuxieme Note L double la Quinte, second Intervalle ; la troisieme Note M double la Quarte, troisieme Intervalle, &c. & c’ est ce doublement d’ intervalles qu’ exprime la Figure 4. de la Planche G.

Laissant à par l’ Octave du premier Intervalle, qui, n’ engendrant aucun Son fondamental, ne doit point passer pour Harmonique, la Note ajoutée L forme, avec les deux qui sont au-dessous d’ elle, une proportion continue géométrique en raison sesqui-altere ; & les suivantes, doublant toujours les Intervalles, forment aussi toujours ces proportions géométriques.

Mais les Proportions & progressions harmonique & arithmétique qui constituent le Systême Consonnant majeur & mineur sont opposées, par leur nature, à la progression géométrique ; puisque celle-ci résulte essentiellement des mêmes rapports, & les autres de rapports toujours différens. Donc, si les deux proportions harmonique & arithmétique sont Consonnantes, la proportion géométrique sera Dissonante nécessairement, &, par conséquent, le Systême qui résulte de l’ exemple Q, sera le Systême des Dissonances. Mais ce Systême tiré des quarrés des Ordonnées est lié aux deux précédens tirés des quarrés des Cordes. Donc le Systême dissonant est de même au Systême universel harmonique.

Il fait de-là, 1̊. Que tout Accord sera Dissonant lorsqu’ il contiendra deux Intervalles semblables, autres que I’ Octave ; soit que ces Intervalles se trouvent conjoints ou séparés dans l’ Accord. 2º. Que de ces deux Intervalles, celui qui appartiendra au Systême harmonique ou arithmétique sera