Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/717

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


IV. La quatrieme & derniere Dissonance donnée par la Série est la Quatorzieme H, (Pl. G. Fig. 4.) c’est-à-dire, l’Octave de la Septieme ; Quatorzieme qu’on ne réduit au simple que par licence & selon le droit qu’on s’est attribué dans l’usage de confondre indifféremment les Octaves.

Si le Systême dissonant se déduit du Systême harmonique, les regles de préparer & sauver les Dissonances ne s’en déduisent pas moins, & l’on voit, dans la Série harmonique & consonnante, la préparation de tous les Sons de la Série arithmétique. En effet, comparant les trois Séries O. P. Q. on trouvé toujours dans la progression successive des Sons de la Série O, non-seulement, comme on vient de voir, les raisons simples, qui, doublées, donnent les Sons de la Série Q, mais encore les mêmes Intervalles que forment entr’eux les Sons des deux P & Q. De sorte que la Série O prépare toujours antérieurement ce que donnent ensuite les deux Séries P & Q.

Ainsi, le premier Intervalle de la Série O, est celui de la Corde à vide à son Octave, & l’Octave est aussi l’Intervalle ou Accord que donne le premier Son de la Série Q, comparé au premier Son de la Série P.

De même, le second Intervalle de la Série O, (comptant toujours de la Corde entiere) est une Douzieme ; l’Intervalle ou Accord du second Son de la Série Q, comparé au second Son de la Série P, est aussi une Douzieme. Le troisieme, de part & d’autre, est une double Octave ; ainsi de suite.

De plus, si l’on compare la Série P à la Corde entiere, (Pl. K. Fig. 6) on trouvera exactement les mêmes Intervalles