Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’on a aussi conservé le nom d’Antiennes à quelques Hymnes qu’on chante en l’honneur de la Vierge, telles que Regina coeli ; Salve Regina, &c.

ANTIPHONIE, s. f. Nom que donnoient les Grecs à cette espece de Symphonie qui s’exécutoit par diverses Voix ou par divers Instrumens à l’Octave ou à la double Octave, par opposition à celle qui s’exécutoit au simple Unisson, & qu’ils appelloient Homophonie. (Voyez, SYMPHONIE, HOMOPHONIE.)

Ce mot vient d’Α’ντι, contre, & de θωνη, voix, comme qui diroit, opposition de voix.

ANTIPHONIER ou ANTIPHONAIRE, f, m. Livré qui contient en Notes les Antiennes & autres Chants dont on use dans l’Eglise Catholique.

APOTHETUS. Sorte de Nom propre aux Flûtes dans l’ancienne Musique des Grecs.

APOTOME, f. m. Ce qui reste d’un Ton majeur après qu’on en a retranché un Limma, qui est un Intervalle moindre d’un Comma que le semi-Ton majeur. Par conséquent, l’Apotome est d’un Comma plus grand que le semi-Ton moyen. (Voyez COMMA, SEMI-TON.)

Les Grecs, qui n’ignoroient pas que le Ton majeur ne peut, par des divisions rationelles, se partager en deux parties égales, le partageoient inégalement de plusieurs, manieres. (Voyez INTERVALLE.)

De l’une de ces divisions, inventée par Pythagore, ou plutôt, par Philolaus son Disciple, résultoit le Dièse ou Limma d’un côté, & de l’autre l’Apotome, dont la raison est de 2048 à 2187.