Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il chantoit ou parloit si bas qu’on avoit peine à l’entendre.

Coulez si lentement & murmurez si bas,

Qu’Issé ne vous entende pas.

La Motte.

Bas se dit encore, dans la subdivision des Dessus chamans, de celui des deux qui est au-dessous de l’autre ; ou, pour mieux dire, Bas-Dessus est un Dessus dont le Diapason est au-dessous du Medium ordinaire. (Voyez DESSUS.)

BASSE. Celle de quatre Parties de la Musique qui est au-dessous des autres, la plus basse de toutes, d’où lui vient le nom de Basse. (Voyez PARTITION.)

La Basse est la plus importante des Parties, c’est sur elle que s’établit le corps de l’Harmonie ; aussi est-ce une maxime chez les Musiciens que, quand la Basse est bonne, rarement l’Harmonie est mauvaise.

Il y a plusieurs sortes de Basses. Basse-fondamentale, dont nous serons un Article ci-après.

Basse-continue : ainsi appellée, parce qu’elle dure pendant toute la Piece. Son principal usage, outre celui de régler l’Harmonie, est de soutenir la Voix & de conserver le Ton. On prétend que c’est un Ludovico Viana, dont il en reste un Traité, qui, vers le commencement du dernier siecle, la mit le premier en usage.

Basse-figurée, qui, au lieu d’une seule Note, en partage la valeur en plusieurs autres Notes sous un même Accord. (Voy. HARMONIE-FIGURÉE.)

Basse-contrainte, dont le sujet ou le Chant, borné à un petit nombre de Mesures, comme quatre ou huit, recommence