Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sans cessé, tandis que les Parties supérieures poursuivent leur Chant & leur Harmonie, & les varient de différentes manieres. Cette Basse appartient originairement aux Couplets de la Chaconne ; mais on ne s’y asservit plus aujourd’hui. La Basse-contrainte descendant diatoniquement ou chromatiquement & avec lenteur de la Tonique ou de la Dominante dans les Tons mineurs, est admirable pour les morceaux pathétiques. Ces retours fréquens & périodiques affectent insensiblement l’ame, & la disposent à la langueur & à la tristesse. On en voit des exemples dans plusieurs Scenes des Opéra François. Mais si ces Basses sont un bon effet à l’oreille, il en est rarement de même des Chants qu’on leur adapte, & qui ne sont, pour l’ordinaire, qu’un véritable accompagnement. Outre les modulations dures & mal amenées qu’on y évite avec peine, ces Chants, retournés de mille manieres & cependant monotones, produisent des renversemens peu harmonieux & sont eux-mêmes assez peu chantans, en sorte que le Dessus s’y ressent beaucoup de la contrainte de la Basse.

Basse-chantante est l’espece de Voix qui chante la Partie de la Basse. Il y a des Basses-récitantes & des Basses-de-Chœur ; des Concordans ou Basse-tailles qui tiennent le milieu entre la Taille & la Basse ; des Basses proprement dites, que l’usage fait encore appeller Basse-tailles, & enfin des Basse-contres les plus graves de toutes les Voix, qui chantent la Basse sous la Basse même, & qu’il ne faut pas confondre avec les Contre-basses, qui sont des Instrumens.

BASSE-FONDAMENTALE, est celle qui n’est formée