Page:Rousseau - Du contrat social, 1772.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


terrible, qu'on nomme parmi les hommes sciences, belles-lettres, beaux arts, bel esprit, politesse : vous êtes perdus si cette contagion peut une fois pénétrer jusqu'à vous; mais surtout, je vous en conjure, que cet hydre dévorante, l'esprit de propriété, ne s’y montre jamais : point de partage entre vous de la Terre que vous foulez au pied, c'est le funeste avant-coureur de la société, & la société l'est de toutes les horreurs qui désolent la Terre. Je sais que votre conservation, la propagation de l'espece, exige une forte de commerce entre vous; lien délicieux par lequel la nature nous porte au bien; par l'attrait du plaisir; vous ne pourriez même vous refuser à ce doux penchant, sans vous rendre criminels, mais qu’il soit borné aux hazards des rencontres momentanées, que deux individus ainsi rapprochés, s'unissent par ce nœud, source féconde de la vie, qu'un desir réciproque a préparé en eux, j’y consens; c’est aller au but marqué par l'auteur de la Nature; mais que ce commerce, que cette société ne dure pas plus long-temps que ce nœud, qui