Page:Rousseau - Du contrat social, 1772.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ne conviennent-ils pas en suivant leurs propres principes, qu'un contrat pour avoir un état stable & permanent, pour être revêtu de ses formalités essentielles, doit être fait avec toutes les parties intéressées ; si cela est, où est le consentement des autres animaux qui avoient le droit d’accéder à ce Traité concurremment avec l’homme; comment ce dernier pourroit-il leur donner l’exclusion dé ce même droit, lui qui malgré tous les efforts d’un orgueil audacieux & téméraire, n’eût jamais le pouvoir de les déposéder; mais qui au contraire se trouve souvent dans la mortifiante nécessité de leur céder la meilleure part du propre fruit de ses travaux. Je ne m’étendrai pas davantage sur l’incapacité où étoient mes ancêtres, de me lier par un contrat de cette espece, ni des abus qu’un petit nombre en a fait & fait encore, pour s'attribuer les portions de plusieurs milliers, & réduire cette multitude , à ne respirer que précairement. Je me réduirai quant à present à leur déclarer que je prétends jouir de mes droits, de cette portion du Continent qui m’est