Page:Rousseau - Du contrat social, 1772.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tel e~ le problème fondamental dont le contrat ibcial donne la ablution.

Les claufes de ce contrat font tellement déterminées par la nature de acte que la moindre modification Ie< rendroit vaines & de nul effet en. forte que bien quelles n’ayentpeu~être jamais été formellement énoncées, elles <ont par-tout les mêmes partout tacitement admifes & reconnues i juiqu ace que le pa-e focial étant vicie, y chacun rentre alors dans fes premiers droits & reprenne fa liberté naturelle en perdant la liberté conventionnelle pour laquelle il y renonça.

Ces claufes bien étendues ~e réduis ~nt toutes à une feule, &voir l’aliénation totale de chaque affocié avec tous fes droits à tobte la communauté. Car premièrement, chacun fe donnant tout entier, la condi tion eit égale pour ttous, 3 la condition étant ègale pour ous, nul n’a intérêt de la fendr-nc. reuic aux autres.

De plus, l’aliénation fe faifant fans referve l’union eH auui par-ite qu’elle peut retre & nul afÏocié n’a plus rien à réclamer : car s’il reçoit quelles droits aux particuliers comme