Page:Rousseau - Du contrat social, 1772.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


jamais revenu t comment un homme ou un peuple peut-il s’emparer d’un territoire immentè & en priver tout le genre humain autrement que par une usurpation panifiable puisqu’elle ôte au re-e des hommes le Séjour c-c les alimens que la nature leur donne en commun ? Quand Nunez Balbac prenoit fur le rivage ponemon de h Mer du Sud & de toute F Amérique méridionale, au nom de la Couronne de Camille, étoit-ce anez pour en déponeder tous les habitants & en exdure tous les Princes du monde ? Sur ce pied-là ces cérémonies fe multiplioient eiÏez vainement, & le Roi Catholique n’avoit tout d’un coup qu’à prendre de fon cabinet ponenioh de tout l’univers, > fauf à retrancher enfuite de ton Empire ce qui étoit auparavant pouedé par les autres Princes. On conçoit comment les terres des particuliers réunies c< contiguës deviennent le territoire public & comment le droit de souveraineté, s-étendant des iujets au tef-em qu’ils occupent, devient à la rbi’ : réel & personnel ; ce qui met les poûciïeurs dans une