Page:Rousseau - Du contrat social, 1772.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mes ils ont, pour amu dire acquis tout ce qu’ils ont donné. Paradoxe qui s’explique aiiement, par la dinincuon des droits que le Souverain Se le propriétaire ont fur le même fonds, comme on verra ci après.

li peut arriver aufii que les hom< mes commencent à s’unir avant que de rien poneder, & que s’emparant eniuite d’un tenein futfifant pour tous, ils en jounlenten commun, ou qu’ils le partagent entre eux foit également foit ielon des proportions établies par le Souverain. De quelque manière que fe faffe cette acqui-tion le droit quw chaque particulier a fur fon propre &nd&, e~ toujours fubordonn~ au droit que la, communauté a fur tous t fans quoi il n’y auroit ni folidité dans le lien ibcial, ni force réelle dans l’exercice de la Souveraineté.

Je terminerai ce chapitre c< ce livre par une remarque qui doit Servir de bafe à tout le fyâeme focial c’equ-au lieu de détruire l’égalité natUjtelle, le pa6te fondamental ~ub-itue au contraire une égalité morale j8e légitime à ce oue la nature avoit pu