Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/146

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
148
La Monongahéla

avait-il touché aux mets qu’on avait servis devant lui.

Profitant de la confusion qui résulte toujours de la sortie de table de plusieurs convives, Daniel prit un parti désespéré et s’approchant de Dona Maria :

— Je donnerais ma vie, lui dit-il d’une voix basse et suppliante, pour vous entretenir ne fût-ce qu’un instant !

La jeune fille le regarda avec surprise, quoique la liberté des mœurs espagnoles put excuser une pareille prétention. Elle parut réfléchir. Daniel lui jeta un regard désespéré, et comme tout semblait spontané chez Dona Maria, la réflexion ne fut pas longue, elle répondit brièvement :

— À minuit, je serai derrière les grilles de ma fenêtre. Inès m’accompagnera.

Le jeune homme s’inclinant s’empressa de s’éloigner, mais le timbre exquis de la voix de la jeune adorée avait frappé une autre oreille, celle de Don Gusman qui épiait les deux jeunes gens.


XVI

Le départ.


Don Pedro habitait avec sa fille un long corps de logis flanqué de deux tourelles tronquées, sur lesquelles, en cas de siège, on pouvait monter des ca-