Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
84
La Monongahéla

À cet égard, mon cher, répondit Nicolas, je suis fixé : je suis sûr que mon amour est partagé.

— Comment le sais-tu ?

— Elle me l’a dit.

— Soit, mon cher, je veux croire qu’elle t’aime. Mais n’oublie pas ces deux vers qu’écrivait un jour à Marguerite de Valois François I, sur les vitres d’une fenêtre du Louvre :

Souvent femme varie :
Bien fol est qui s’y fie !

« O woman ! thy name is frailthy ! » a dit Shakespeare : l’un était un grand roi et l’autre un grand poète.

— Où veux-tu en venir ?

— À ceci, mon cher Nicolas : que mademoiselle de Linctôt est bien entourée et qu’au milieu des jeunes galants qui papillonnent autour d’elle à Québec, il est fort possible que dans un an, deux ans, plus peut-être — car qui sait quand nous reverrons le St-Laurent, à supposer toutefois que les balles et les boulets respectent nos précieuses personnes — il est fort possible, disais-je, que mademoiselle de Linctôt ait non-seulement oublié une amourette de petite pensionnaire, mais même le charmant garçon qui en aura été l’objet.