Page:Roussel - Chiquenaude, 1900.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de l’épaisseur de ce drap, plus résistant que le fer et l’acier.

En dessous était apparue, sur la jambe de Méphisto, la vieille flanelle toute délabrée que Fusée, Crinière et les autres avaient cousue avec leurs grandes aiguilles. Et Chiquenaude contemplait quelque temps l’endroit de la blessure.

« La flanelle a fait son œuvre, » disait-elle sourdement.

Puis, revenant au morceau, elle se mettait à le déchirer de toutes ses forces. Alors, comme éveillés par les secousses, des papillons minuscules s’envolaient en quantité dans tous les sens.

Et la sorcière récitait d’une voix ironique :


Quel est l’insensé qui se flatte
De percer l’étoffe écarlate
Dont je suis tout entier vêtu ?…
. . . . . . . . . . .


Quand il ne lui restait plus rien dans les mains, elle ramassait les lambeaux pour les déchiqueter de nouveau et les réduire en miettes ; et l’ode victorieuse lui revenait sans faute à la mémoire. La dernière strophe finie elle partait