Page:Roussel - Chiquenaude, 1900.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’en est assez, sans doute, pour fonder les hommes nouveaux à voir en Raymond Roussel le Shakespeare futur. »

Georges PIOCH
(Ère nouvelle.)


« Raymond Roussel est doué d’une imagination fantaisiste incomparable. Les idées abondent dans son cerveau avec la fécondité de la flore tropicale. On se perd dans la forêt vierge de ses inventions. Il y faut pénétrer la hache à la main pour y voir clair et cheminer… Raymond Roussel est bien le poète de notre époque chaotique : la fonction crée l’organe. »

De ROYAUMONT
Conservateur du musée Balzac.


« Un voisin plus proche, d’ailleurs découvert après mon départ de Neuilly, fut Raymond Roussel. Quelqu’un me parla de lui comme d’un dément, auteur inconnu d’œuvres insensées. Je flairai le génie et ne me trompai pas de beaucoup. »

(Mémoires de Robert de Montesquiou.)


« Ce découvreur de méthodes nouvelles ne serait-il pas Raymond Roussel, qui, par ce dernier trait, s’affirme comme un stratège de première force… En effet, cette avant-première se terminait par le paragraphe suivant :

« Signe particulier, M. Raymond Roussel est sportif à ses heures. Champion de tir au pistolet, il ne possède pas moins de quarante-cinq médailles et notamment a obtenu, en 1909, la médaille d’or de Gastinne-Renette. »

Les critiques n’ont qu’à bien se tenir !… À moins que les journaux ne demandent à Lucien Gaudin ou à Armand Massard de vouloir bien, ce soir-là, tenir la férule. Encore devront-ils s’arranger pour être les offensés et se réserver ainsi une arme autre que le pistolet… »

Gabriel BOISSY
(Comœdia.)