Page:Roussel - Chiquenaude, 1900.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


talent qui tireront des romans à succès de l’œuvre de Raymond Roussel, homme de génie. »

Robert DESNOS
(Compte rendu de l’Étoile au Front.)


«… Raymond Roussel, statue parfaite du génie. »

Louis ARAGON


« On découvrira dans cinquante ans les Impressions d’Afrique et Locus Solus, et l’on s’étonnera de notre indifférence. Les « Grands Livres » s’écrivent dans le silence. »

Philippe SOUPAULT
(Revue européenne.)


« J’avoue un goût très vif pour Locus Solus… Il y a des pages vraiment singulières… Un homme trace, avec l’unique épine demeurée sur la tige d’une rose et trempée dans l’eau, des caractères qu’il rend visibles en les saupoudrant de limaille d’or… Plus loin, une jeune femme reçoit une lettre, se pique le doigt au bouquet de sa ceinture et devient folle… »

Henry BIDOU
(Les Débats.)


« Je me souviens toujours de ce souper où Henry Bidou nous a cité par cœur des passages de Raymond Roussel. »

Jane FAURE-LUCAS


« Je sais fort bien ce que je dis quand je rapproche le nom de Raymond Roussel et celui de l’enfant gâté du génie que fut Jarry et du grand esprit et du grand poète que sut devenir Apollinaire. On ne peut s’empêcher de voir en lui un précurseur. »

Édouard DUJARDIN
(Revue européenne.)


« Le roman est plein de ces sortes de recherches et de trouvailles… L’auteur ne manque ni d’esprit ni de culture… En dépit qu’on en ait, le livre commencé on va jusqu’à la fin. »

André RIVOIRE
(Compte rendu de Locus Solus.)