Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de noms propres, d’interjections et de mots fort usuels, en variant à l’infini le registre et l’intonation. Et chaque fois le son ricochant de poitrine en poitrine se reproduisait avec une pureté cristalline, d’abord nourri et vigoureux, puis affaibli de plus en plus jusqu’au dernier balbutiement, qui ressemblait à un murmure.

Aucun écho de forêt, de grotte ou de cathédrale n’aurait pu lutter avec cette combinaison artificielle, qui réalisait un véritable miracle d’acoustique.

Obtenu par la famille Alcott au prix de longs mois d’études et de tâtonnements, le tracé géométrique de la ligne brisée devait ses savantes irrégularités à la forme spéciale de chaque poitrine, dont la structure anatomique offrait un pouvoir résonateur d’une portée plus ou moins grande.

Plusieurs personnes du cortège, s’étant approchées de chaque vibrant factionnaire, purent constater l’absence de toute supercherie. Les six bouches demeuraient hermétiquement closes, et seul le verbe initial faisait les frais de la multiple audition.

Voulant donner à l’expérience la plus vaste extension possible, Stéphane articula rapidement de courtes phrases, servilement ressassées par le sextuple écho ; certains vers de cinq pieds, récités un par un, furent perçus distinctement sans