Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poteaux et pièces intermédiaires, tout, sans nulle exception, était créé en acier fin de nuance gris clair.

Après avoir posté Sirdah au premier rang pour l’initier à la confection automatique de certain manteau qu’il voulait lui offrir, l’inventeur Bedu, héros du moment, appuya sur un ressort du coffre afin de mettre en mouvement la précieuse machine enfantée par son industrieuse persévérance.

Aussitôt différentes aubes plongèrent à demi dans le fleuve, livrant leurs palettes à la puissance du courant.

Invisiblement actionné par les courroies de transmission, dont la portion supérieure se perdait dans les profondeurs du coffre, le panneau garni de navettes glissa horizontalement dans l’axe du courant. Malgré ce déplacement, les fils innombrables fixés à l’angle de la chaîne gardèrent une rigidité parfaite, grâce à un système de tension rétrograde dont toutes les navettes étaient pourvues ; abandonnée à elle-même, chaque pointicelle, ou broche supportant la canette, tournait dans le sens inverse au dévidage, par l’effet d’un ressort opposant une très faible résistance à l’extraction de la soie. Tels fils se raccourcissant mécaniquement pendant que d’autres s’allongeaient, le réseau conservait