Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cet instant à peine appréciable, une main généreuse armée d’un engin quelconque parvenait à pêcher le brochet et à le rejeter sur la rive, le charme se romprait aussitôt, et la forme humaine serait rendue aux quatre maudits ; mais la moindre maladresse dans le geste libérateur pouvait ajourner à l’année suivante la possibilité d’une nouvelle tentative.

Ursule grava dans sa mémoire tous les détails de cette révélation et remercia Nô, qui s’en retourna seul chez les sauvages de son clan.

Un an plus tard, quelques minutes avant l’heure prescrite, Ursule monta en barque avec Maffa et guetta le brochet près de l’endroit où l’ânesse continuait à flairer inutilement son auge toujours pleine.

Soudain la fillette aperçut de loin, dans les eaux transparentes, le poisson rapide qu’elle attendait ; en même temps, de deux points opposés de l’horizon, accouraient vers le même but le jongleur à tête de sanglier et l’oie cruellement fouaillée par Borée.

Ursule immergea verticalement un large filet, en coupant le chemin suivi par le brochet, qui pénétra comme une flèche au milieu de l’engin flottant.

D’un mouvement brusque, la jeune pêcheuse voulut projeter le poisson sur la berge. Mais l’expiation, sans doute, n’était pas encore suffisante,