Page:Routhier - À travers l'Europe, impressions et paysages, Vol 1, 1881.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Voici comment la légende répond à cette question :

Dans les âges reculés, vivait en cet endroit le géant Fin McCoul, qui était le champion de la vieille Hibernie. Un jour il apprit que Scot, le géant de la vieille Calédonie, de l’autre côté de la mer d’Irlande, défiait tout ceux qui osaient se présenter devant lui, et les abattait sous ses coups.

Il disait même, parait-il, à qui voulait l’entendre, que s’il ne craignait pas l’humidité, il traverserait la mer à la nage pour aller frotter les côtes du grand Fin McCoul.

Le grand Fin fut piqué de ces vantardises, et pour permettre à Scot de venir le rencontrer sans se mouiller, il construisit une jetée colossale pour relier la terre d’Écosse aux rivages d’Erin.

Scot traversa alors, se battit avec Fin et fut vaincu. Mais le vainqueur fut généreux, et ne tua pas son ennemi. Bien plus il lui permit de se marier et de se fixer en Irlande. Je ne serais pas surpris qu’il eût épousé quelque sœur de Fin, qui s’appelait sans doute Fifine, et que ses provocations au frère n’eussent précisément pour but de faire connaissance avec cette Fifine, dont il avait peut-être entendu parler.

Quoiqu’il en soit, Scot ne retourna pas en Écosse et le pont cyclopéen devenu inutile fut détruit par le temps et par la mer. Ses deux extrémités seules sont encore visibles, la première formant ce lit de colonnes juxtaposées que nous visitons, et la seconde montrant encore ses énormes piliers de basalte dans