Page:Routhier - À travers l'Europe, impressions et paysages, Vol 1, 1881.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’Isle de Staffa sur les côtes d’Écosse, près de la Grotte de Fingal et du fauteuil d’Ossian.

J’avouerai candidement que les données de la science sur la chaussée du géant ne sont guère plus satisfaisantes que la légende ; et quand on a parcouru toute cette étrange falaise, quand on a contemplé l’Orgue du géant, qui est une rangée de colonnes de hauteurs différentes, disposées comme les tuyaux d’un orgue ; quand on a fait le tour de cet hémicycle, entouré d’une double colonnade superposée, où la mer vient battre, et que l’on appelle l’amphithéâtre, on reste confondu devant tant de merveilles naturelles. Non seulement l’explication en parait impossible ; mais la plume se sent impuissante à les décrire. Leur architecture semble exiger l’intelligence humaine ; mais leur étendue, et leurs masses énormes défient vainement la force de l’homme.

Un romancier célèbre, M. Thackeray, a visité la Chaussée du géant et il en a fait une description humoristique et fantaisiste que je reproduis sans la traduire, parce que la traduction lui enlèverait son originalité :

It looks like the beginning of the world, somehow ; the sea looks older than in other places ; the hills and rocks strange, formed differently from other rocks and hills, as those vast dubious monsters were formed who possessed the earth before man. The hill-tops are shattered into a thousand cragged fantastical shapes ; the water comes swelling into scores of little strange creeks, or goes off with a leap, roaring into those mysterious caves yonder, which penetrate who knows how far into our common