Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


plus naturel d’établir dans tout le royaume une mesure uniforme, par exemple, l’arpent de Paris ? & encore ne faudroit-il pas que l’arpent des eaux & forêts fût différent de l’autre.


ACRETÉ, ACRIMONIE. Nom que l’on donne à l’état que les fluides du corps ont contracté par les abus dans la manière de se nourrir par l’excès du travail & par l’usage des remèdes trop actifs. Dans cet état, le malade éprouve des cuissons dans toutes les parties extérieures du corps, & une chaleur très-vive dans l’intérieur ; il est privé du sommeil & tourmenté par la soif. Il est facile de sentir que la privation des choses qui avoient conduit à cet état, est le premier moyen à employer : si le corps est vigoureux, on peut tirer quelques palettes de sang ; & s’en abstenir, si le malade est épuisé par le travail : il faut boire beaucoup d’humectans & d’adoucissans. (Voyez ces mots) M. B.


ACRIMONIE. Méd. vét. Les animaux sont, comme l’homme, sujets à l’acrimonie du sang ou des autres humeurs, & sur-tout à l’acrimonie alcalescente. La mauvaise nourriture y contribue singuliérement. Du fourrage mouillé pendant la récolte, & qui a long-tems traîné sur la terre, où il a successivement moisi & séché, séché & moisi, est pour eux une nourriture mal saine, parce que la moisissure est le premier degré de l’alcalescence. Si un fourrage quelconque est tenu dans un lieu humide, ou bien si les eaux pluviales l’imbibent, il sera bientôt dans le même cas que le premier. Les animaux tenus dans une écurie trop chaude, sur-tout pendant l’été, & où il est impossible d’établir un grand courant d’air, y sont perpétuellement dans une moiteur, dans une forte transpiration, & la partie fluide du sang & des humeurs est bientôt desséchée. Ne vaudroit-il pas mieux les laisser pendant la nuit exposés à l’air ou dans un champ, ou dans une cour, plutôt que dans ces écuries qui ont au moins trente degrés de chaleur ? Si l’éloignement des eaux bonnes & salubres les réduisent, pour étancher leur soif, à la dure extrémité de s’abreuver des eaux croupissantes d’une mare, & infectée par la dépouille & les excrémens d’une multitude inombrable d’animaux, craignez tout pour leur santé. Bientôt les maladies de la peau se déclarent, bientôt on verra paroître ces fièvres putrides inflammatoires qu’on n’apperçoit que lorsque l’animal succombe sous le poids accablant de la maladie, & lorsqu’il n’est plus tems de lui administrer des remèdes. Combien ces exemples ne sont-ils pas encore frappans pendant & après ces sécheresses dévorantes qui font tarir les sources & les ruisseaux ? Dans ce cas, on est forcé d’aller à plusieurs lieues chercher l’eau, & elle est dans ce moment d’autant plus précieuse que les besoins sont plus urgens. Cependant cette eau a été battue dans la route ; échauffée par le soleil, elle a perdu, comme l’eau qu’on met bouillir sur le feu, une partie de son air de combinaison : il faut donc laisser à découvert pendant toute la nuit le vaisseau qui la renferme ; & pendant ce tems, elle reprendra, de l’atmosphère, l’air